Episode 18 : en haut du compas moral

Episode 18 de Super Ciné Battle, le podcast où nous établissons le classement ultime du cinéma. Nous prenons vos listes que vous nous adressez pour les classer, du meilleur au pire afin d’obtenir LA liste ultime.

S’il y a une thématique à cet épisode, c’est celle du sexe. Les années 70 sont l’explosion du sexe dans la vie comme au cinéma et on a décidé de s’y plonger, tête la première.

On attend toujours vos listes. Pour participer, il faut nous adresser une liste de TROIS films de 1970 à 1979 par mail qui est supercinebattle (at) gmail (point) com. Un titre sur une liste, c’est pas mal aussi et on sait que vous êtes originaux, on vous fait complètement confiance. Attention, on a un gros stock de listes, du coup, soyez originaux. Toutes les listes 80’s et 90’s sont amoureusement conservées pour le jour prochain où on y retourne. Et oui, un de nos films fétiches n’a jamais été mentionné. On se demande ce qui s’est passé.

Au micro, Daniel Andreyev (@kamuirobotics) et Stéphane Bouley (@GKPlugInBaby). On aime le cinéma et on confronte nos avis.

Les recommandations (1h15mn)
Stéphane : Tiranny
Daniel : Le documentaire Rocco

Le classement de tous les films cités dans cet épisode est disponible ici. Attention, Spoilers !

Bonne écoute.
Rendez-vous la semaine prochaine pour notre spécial Star Wars !
(enregistré le 9 décembre)

16 réponses sur “Episode 18 : en haut du compas moral”

  1. Merci pour cet épisode et vivement le Super Star Wars Battle pour voir si vous allez oser classer le Holiday Special au dessus de La Menace fantôme !

    Petit fait amusant, ça fait plusieurs années que j’ai le bonheur de suivre Plug_In_Papa sur SensCritique et j’ai pu constater que ses notes ne sont pas toujours très cohérentes avec les propos tenu dans l’émission. Exemples concrets, son généreux 5/10 au Dernier Tango à Paris et son timide 6/10 au premier opus de Baby Cart. Un seul petit point sépare ces deux films pourtant situés aux deux extrémités de la liste ultime ! Stéphane Bouley, schizophrénie ou manipulation ? Les français veulent savoir.

    À part ça je suis très triste que Daniel snobe toujours ma liste de westerns insolites.

    1. Figure-toi que je me suis posé exactement la même question et j’ai trouvé plusieurs raisons à cela :

      la première, probablement la plus importante je pense c’est que sur SC beaucoup de films que j’ai noté l’ont été en très très peu de temps, à l’époque bêta t’avais un badge si tu ajoutais 666 oeuvres en moins de 24h et je l’avais (il a disparu aujourd’hui) et donc je pense que dans le lot t’as pas mal de truc que j’ai noté sur une impression qui me restait, sans y réfléchir vraiment. Quand tu en discute en direct et bien tu es obligé d’avancer des arguments, d’en écouter d’autres et du coup ce qui ressort est peut-être différent du moment où tu as noté le truc noyé dans des centaines d’autres. Evidemment sur des films dont j’avais un très bon souvenir on retombera sur les mêmes choses mais pour d’autres non. C’est d’ailleurs pour ça que je change parfois des notes, quand j’ai pris le temps de re-réfléchir à un film ou que je l’ai revu et que je vérifie la note que j’ai mis.

      Autre explication: la grille de lecture. Au tout début j’essayait de plus extérioriser le processus de notation, de le voir dans qq chose de plsu global, plus « objectif » alros que là dans SCB je suis plongé dans l’impro et donc dans le vif, autant sur des films qui m’ont vraiment marqué ça n’a pas d’incidence mais bon sur plus de 2500 films notés sur le site il y en a forcément pas mal où mon acquité actuelle n’est plus la même. Mais dans l’idée il y a parfosi des films que j’adore auquel je met une mauvaise note parce que en réfléchissant posément, raisonnablement, il y a une tonne de défaut et que tu te dis « oui bon c’est pas bien en fait mais moi j’aime » alors tu as des notes basses et inversement « je hais ce film mais il y a tel et tel points qui ont une vraie valeur cinématographique » alors la note remonte. là SCB la mécanique est plus spontannée et comme on ne met pas de note on fait parler de ce qui prime. Après le système de notation que j’utilise a évolué depuis le début (la majorité des films notés datent du tout début de SC) et j’ai pas toujours l’envie de « repasser » pour me demander si j’ai mis la juste note, parfois je le sais, parfois je n’en suis plus sûr, parfois j’ai oublié que j’ai noté, parfois j’ai même oublié d’attribuer une note.

      Ce que je veux dire c’est que sur une telle masse d’oeuvre toutes ne peuvent pas t’avoir marquée aussi fort que les majeurs et que du coup ça fait une zone un peu grise dans la notation. Je pense aussi que ce que j’ai noté hors de la mécanique du gros volume est sans doute plus cohérent du coup car ont généralement bénéficié d’au moins un petit délai de réflexion supplémentaire. Et puis aussi facteur important : le débat, parfois tu te laisses influencer par les arguments (Baby Cart que j’aime beaucoup mais qui reste pour moi bien inférieur à Lady Snowblood ou la Femme Scorpion) ou la mauvaise foi (Mon nom est Personne, je ne voulais pas le voir pleurer encore une fois) de Daniel.

      D’ailleurs merci d’avoir vérifié pour moi : j’ai mis au Dernier Tango à Paris la note qu’il méritait.

      1. Héhé merci pour cette réponse complète. J’ai moi-même pas mal de problèmes avec les notes attribuées aux débuts de SC (il y a plus de 6 ans tout de même), il y a des trucs que je ne noterais pas du tout pareil aujourd’hui pour tout un tas de raisons, mais tout repasser ça prend un temps fou… j’ai d’ailleurs moi aussi possédé ce fameux bagde mitraillette, je ne savais pas qu’il n’existait plus !

        D’ailleurs concernant les discussions dans l’emission, je dois avouer que je suis souvent impressionné par la facilité avec laquelle vous pouvez argumenter sur un film, ou même simplement le pitcher, sans l’avoir vu depuis des années… quand je vois à quel point j’ai du mal à résumer un film que j’ai vu la semaine dernière je me pose des questions.

  2. Snobé ?! Daniel a reçu des tonnes de listes il snobe pas.. il choisi les liste qui préfère sans aucun mauvais esprit…

    En cours d’écoute ! (À plus )

  3. Un épisode fort intéressant, j’ai appris pas mal de trucs ce qui va me permettre de briller en société.

    Un petit bémol sur Le Cercle Rouge que j’ai, il se trouve, vu très récemment : le film est (très) bon, mais le jeu d’acteur a quand même hyper vieilli. Bourvil joue la comédie et ça se voit, Gian Maria Volontè est doublé et ça se voit, certains rôles annexes sont moyens.
    En revanche concernant la scène du casse, rien à dire, c’est effectivement brillant pour les raisons déjà évoquées par Papa. Des scènes de casse le cinéma en a produit des tétrachiées, des subtiles et des bourrines, mais rarement des aussi haletantes (et ce en délit du rythme très lent de l’action) et compréhensibles pour le spectateur. C’est un chef d’oeuvre de mise en scène : on comprend absolument tout ce qui se passe à tout moment, tout en ne sachant jamais à aucun moment ce qui va se passer dans les cinq secondes qui suivent. Juste brillant. Je soupçonne fortement Melville d’avoir écrit son film autour de cette scène d’ailleurs 😀

    Enfin bref, très bon épisode, mais on ne peut pas vraiment attendre autre chose du meilleur podcast de l’histoire des podcasts, héhé. 🙂

  4. Salut les copains.

    Je viens de finir, je suis aussi grand fan de l’espion qui m’aimait. J’adore ce film aussi.. tout est génial le mechant, la base, la voiture amphibie… Je suis comme Daniel !
    En plus l’anedocte sur Kubrick est tellement énorme !
    Je vous conseil le special « Rockyrama » sur Kubrick, où justement ils parlent de cette anecdote plus en détails…
    Pour le reste que du bonheur !

    On attend le special Guéguerre Star Wars…
    Bisous !

    1. L’Espion qui m’aimait est pour moi le meilleur James Bond avec Roger Moore dans la peau du 007. Curd Jurgens y campe un méchant aussi placide qu’inhumain (la scène cruelle où il contemple son assistante se faire dévorer par un requin sur du Bach), les filles y sont splendides (Barbara Bach, mais alors Caroline Munro les mecs, un sex appeal à te faire flamber les glaouis), « Jaws » l’homme de main Alpha de toute la saga, et puis…et puis…la Lotus Esprit ! Le jouet le plus recherché par les chiards de moins de 10 ans de 1978 à 1984 (NES oblige). Personne n’avait vu le film que nous étions tous fascinés par une voiture de sport à même de se transformer en sous-marin lance-missiles. Film le plus disco de la série (scène d’intro bercée par le rythme des Bee Gees), ses pattes d’eph, ses sahariennes St Laurent, ses robes aux décolletés jusqu’au nombril, et ses paillettes. Il n’y a que la série des James Bond pour nous offrir cet assortiment d’érotisme, d’aventure de violence et de portnawak. Cet Espion qui m’aimait réunit tous les ingrédients dans le shaker. Avec la cuillère.

  5. Je voulais prendre les devants sur le Super Star Wars Battle, mais un adepte du côté obscur a déjà tenté de vous influencer… je m’oppose donc farouchement à ce Dark Rémi !

    Vu la taule qu’il s’est mangé dans les 90s, je me doute bien que l’épisode 1 sera le dernier des 8 films majeurs, mais en cette période de fête et de partage, je vous demande une faveur, ne poussez pas le vice à la classer derrière les horreurs commerciales à base de Wookies ou d’Ewoks. Vous avez le choix entre la raison et la méchanceté gratuite ! 🙂

  6. Votre film mystère commence à me turlupiner, j’avais une autre idée en tête mais aucun protagoniste ne figure dans la liste. J’en vois bien un autre mais du coup je me demande, serait-il plus juste de parler de duo pour les personnes importantes dudit film ?

  7. Juste pour reagir sur ce que vous disiez sur la pornographie et l’absence de recherche plastique, je vous encourage a jeter un oeil aux productions de Four chambers, un studio independant mene par des nanas tres talentueuses.

  8. Correction osef 6 mois plus tard :
    Dans The Birdcage, Robin Williams reprend le rôle d’Ugo Tognazzi et pas celui de Serrault (repris par Nathan Lane).

    Me demandez pas pourquoi je me souviens de ça, j’ai même pas vu le remake…

  9. Je découvre tardivement le podcast et je tiens à rétablir la Vérité (pour une fois que je peux) : Le Cercle Rouge n’est pas le dernier film avec Bourvil mais c’est Clodo et les vicieuses, une comédie à l’origine appelée juste Clodo qui est sorti quelques années après avec des inserts pornos. Le dernier Bourvil est un porno, son dernier tournage fait l’année de son décès, une apparition d’une journée pour son ami Feu Georges Clair décédé lui en ce début de mois.

    Et une petite anecdote amusante pour Histoire d’O : le projet a été proposé à Alejandro Jodorowsky, qui était sur son projet Dune.

    Merci pour votre podcast !

  10. Eh bien ! Voilà un épisode qui synthétise toutes mes marottes ! Outre « Histoire d’O » et donc « Moonraker », j’ai eu récemment le plaisir de voir gambader la pétulante Corinne Cléry dans l’inénarrable « Yor, le Chasseur du futur », sorti en 1983. « Le Passage » n’a qu’à bien se tenir !

Répondre à Jibé Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.