Episode 16 : les 70s, les Avengers du sex-appeal

Episode 16 de Super Ciné Battle, le podcast où nous établissons le classement ultime du cinéma. Nous prenons vos listes que vous nous adressez pour les classer, du meilleur au pire afin d’obtenir LA liste ultime.

On savait qu’on allait s’éclater avec les années 70. On a eu confirmation avec ce dernier épisode, qui va de Louis de Funès aux Monty Python. On avait besoin de se marrer et c’est chose faite. On doit aussi vous dire qu’on s’attaque enfin à un film de SF culte de cette décennie. Avec des magiciens de l’espace et des sabres laser. Ah c’est quoi déjà son titre…

Alors go, on attend vos listes. Pour participer, il faut nous adresser une liste de TROIS films de 1970 à 1979 par mail qui est supercinebattle (at) gmail (point) com. Un titre sur une liste, c’est pas mal aussi et on sait que vous êtes originaux, on vous fait complètement confiance. Attention, on a un gros stock de listes, du coup, soyez originaux. Toutes les listes 80’s et 90’s sont amoureusement conservées pour le jour prochain où on y retourne.

Au micro, Daniel Andreyev (@kamuirobotics) et Stéphane Bouley (@GKPlugInBaby). On aime le cinéma et on confronte nos avis.

Les recommandations (1h21mn)
Stéphane : Nanarland, le livre des mauvais films sympathiques 2
Daniel : Mademoiselle de Park Chan-wook

Le classement de tous les films cités dans cet épisode est disponible ici. Attention, Spoilers !

Bonne écoute.
(enregistré le 9 Novembre)

Bonus: le trailer moderne de Sacrée Graal par Mister Stéphane Bouley.

30 réponses sur “Episode 16 : les 70s, les Avengers du sex-appeal”

  1. Pour la classe américaine, je pense que si vous le traitez, il faut prendre la date de 1993, les films servant de matériau de base s’étalant de 1952 à 1980.
    PS : Avez vous bien reçus mes listes ? J’en ai envoyé une bonne dizaine pour les 3 décennies traité.

  2. Le Vieux Fusil bordel, ce film m’a tellement marqué.
    Bon le fait que je l’ai vu vers 10 ans a joué, la scène de la mort de Romi Schneider m’ayant fait faire bien des cauchemars.
    Mais en le revoyant aujourd’hui c’est aussi, comme le dit Papa, la chute morale du personnage de Noiret qui au départ est un homme bon et humaniste dans la violence la plus aveugle qui m’émeut aussi beaucoup.

    C’est un des premiers films auquel j’avais pensé quand je vous avais envoyé ma liste 70’s.

    Des bisous et continuez comme ça, c’est toujours un plaisir de vous écouter.

  3. Toujours aussi bon, a chaque fois je souris de joie lorsque je vois une vidéo popée :).

    Par contre toujours pas ma liste #JeSuisTristesse.
    Envoyée le 24 Octobre, l’as tu au moins reçue cher Kamui ?

  4. Best Episode Ever. Vous êtes au top. J’ai beaucoup aimé l’apparté sur les Oscars. Je pense qu’un Super Ciné Battle spécial Oscars s’impose (pas Lady Oscar hein). Sinon j’ai jamais compris l’intérêt des Trois jours du Condor, un des flims les plus chiant et incompréhensible du monde pour moi. Et vous avez un peu sous-coté Conversation Secrète qui est un putain de chedof.

    Et effectivement Mademoiselle très bon flim. On part sur un flim sur la lutte des classes et l’opposition entre Japon et Corée et on finit sur la lutte des sexes.

  5. Alors concernant The Star Wars Holiday Special et le conseil de le regarder entre potes pour se marrer, je mettrais un petit bémol. En effet, avec des amis on se fait des régulièrement des soirées ciné où chacun amène un film en rapport avec une thématique déterminée à l’avance, et lors de la dernière soirée nanar je me suis fait copieusement insulter après le visionnage de ce « film » que j’avais pourtant sélectionné avec amour. Je pense que vous n’avez pas assez insisté sur à quel point c’est insoutenable à regarder. C’est une véritable épreuve qui repousse les limites de l’ennui et de la nullité.

  6. ah oui , moi , du coup , je suis en periode « années 70″depuis deux semaines . Vous avez quand même une influence certaine il faut bien l’avouer!

  7. Hello les loulous,

    Concernant les valseuses, je suis du côté du robot Kamui.
    Ce film je le trouve mauvais… C’est sale, c’est ennuyeux.
    Lors de ma recherche de liste, effectivement les comédies sont vraiment à l’honneur dans les années 70…
    Je préfère comme Papa, les bronzés font du ski, est de loin… Les vrais savent pourquoi…

    Concernant Star Wars alors là je viens de tombé sur le cul, je connaissais pas.. tout le long du podcast j’ai cru que c’était le Star Wars sur les Ewoks.. je viens de voir quelques passage sur YouTube, c’est quand même chaud du slip !

    Bisous les loulous…
    On vous aimes !

  8. J’apprécie Sacré Graal et je le considère toujours comme un classique de l’humour absurde, mais lors de mon dernier visionnage j’ai trouvé qu’il avait pris un sacré coup de vieux, que ce soit au niveau du rythme ou de certaines blagues qui s’éternisent. Pas sûr que chez nous il marque autant les nouvelles générations qu’un Rabbi Jacob (que je préfère largement au passage) ou que n’importe quel film culte de Louis de Funès.

    J’ai d’ailleurs fait le test il y a peu avec mon cousin de 18 piges, pourtant ouvert à toute forme d’humour et à qui je voulais faire découvrir les Monty Python. Résultat, il n’a pas aimé The Holy Grail et s’est même sacrément fait chier, j’étais tristesse, mais en même temps j’avoue que je me suis surpris à m’ennuyer un peu également.

  9. Pas d’accord pour intégrer « Star Wars Holiday Special » à la liste car il n’est jamais sorti au cinéma. Un SuperStarWarsBattle sera plus que nécessaire d’ici la fin de l’année 🙂

  10. Le vieux fusil, je ne l’ai vu qu’une fois, il y’a bieeeeeen longtemps et c’est du très bon, il est vraiment à voir. C’est d’ailleurs via C’est arrivé près de chez vous que j’ai connu ce film XD « Ca te rappelle rien? Le vieux fusil ! Philippe Noiret ! »

    Sinon je plussoie pour Mademoiselle, je me demande si ce n’est pas d’ailleurs le film de l’année pour ma part. Pour moi, bien qu’il soit complètement différent je le mets ex-aequo avec Oldboy de PCW, ce sont sûrement ses 2 meilleurs films, bien que je n’ai pas vu JSA. Je serais d’ailleurs curieux de savoir en quoi Oldboy ne plaît pas à Kamui, on en saura sûrement plus dans un Super Ciné Battle années 2000 :-p

  11. Bonjour à tous. En premier lieu petite rectification, vous avez un peu écorché mon nom, il ne s’agit pas d’un point muet, tout se prononce.
    Sinon concernant The Man who Would be King Stéphane B a dit l’essentiel, à la seule différence que je trouve que le côté buddy movie ajouté au flegme britannique de Connery et Caine donnent un aspect humour noir, ils sont racistes oui mais des racistes sympas. En tout cas comme déjà dit c’est vraiment un film qui mérite plus de lumière, c’était le but de la manoeuvre.
    D’ailleurs seul regret la logique aurait pu être poussée au bout au niveau du classement, surtout quand je vois que le premier représentant du film d’aventure est Sorcerer, qui est un remake honorable, mais n’est qu’un remake et qu’honorable.
    Au revoir à tous.

  12. En temps que grand amateur de Ferrara (mais j’ai pas vu Driller Killer et je vous concede qu’il n’a pas l’air terrible), j’enjoins les auditeurs à tout de même se méfier des déclarations à l’emporte pièce de Stephane: D’abord, Abel Ferrara sait filmer, et n’importe quel document le montrant au travail atteste de son implication artistique: ses films sont bourrés d’idées visuelles, la photo est parfois peu esthétique par volonté d’être raccord avec le sujet (et dans King of New York et Nos Funérailles par exemple la photo est très travaillée, les nuances de noir dans le deuxième sont magnifiques), et surtout, le montage et le rythme y est extrêmement efficace, pour ultimement mettre en valeur ce qui me semble être sa qualité première: la direction d’acteurs (les performances marquantes sont légion chez Ferrara). Et les reproches en prétention sont peu compréhensibles: Ferrara (et ses scénaristes ) essayent en règle générale d’insuffler dans des canevas de genre des réflexions très personnelles sur la foi, la violence sociale, la morale, les rapports humains, mais ils n’oublient jamais de créer des personnages humains avant tout. Thana, Matt, Frank White, Le lieutenant, les frères Tempio, Fox ne sont pas des archétypes, des pantins surécrits: ce sont des êtres de chair et de sang, pétris de doutes et de contradictions, et il ne sont jamais pris de haut par Ferrara, jamais jugés ou l’objet d’une moralisation douteuse. C’est un cinéma qui prend à la gorge et qui met le spectateur face à des personnes et à leur dilemmes. Et c’est pas chiant une seconde dans ses meilleurs.
    Je conseille L’ange de la vengeance, New York, deux heures du matin, King of New York, Bad Lieutenant, Nos Funerailles et New Rose Hotel

    1. « essayent en règle générale d’insuffler dans des canevas de genre des réflexions très personnelles sur la foi, la violence sociale, la morale, les rapports humains, »

      Le mot clé étant bien sûr « essayent » d’autres y arrivent, c’est quand même ballot. Quand aux « personnages » ce ne sont que des véhicules creux pour tout ces chichis nombrilistes (quand ils ne sont pas honteusement opportunistes, les deux n’étant pas incompatibles). Mais bon, hey, on a le droit d’aimer les nombrils aussi, je juge pas.

      1. « Le mot clé étant bien sûr « essayent » d’autres y arrivent, c’est quand même ballot. Quand aux « personnages » ce ne sont que des véhicules creux pour tout ces chichis nombrilistes (quand ils ne sont pas honteusement opportunistes, les deux n’étant pas incompatibles). »

        Et ce qu’on peut avoir:
        1) Les noms de tout ces gars qui font mieux que Ferrara sur ces thèmes mais qui ne sont pas cités (ça m’intéresse) (et counter Scorsese parce le bonhomme est assez élogieux sur Bad Lieutenant)
        2) Une argumentation sur pourquoi ils sont creux ou des exemples spécifiques de personnages opportunistes.

        Je rajouterait que faire de Ferrara l’alpha et l’oméga du cinéaste nombriliste, c’est placer sa barre assez bas: il y en a beaucoup qui sont bien plus prétentieux et moralisateurs. (Haneke, Von Trier, Chazelle, Seidl, Inarritu)

        1. Honnêtement : ça me saoule de parler de ce mec plus avant, il ne mérite vraiment pas que je perde mon temps. C’est comme si on m’invitait à faire une discution détaillée sur Zack Snyder, au bout d’un moment : non, on ne m’impose pas le sujet. On verra bien le moment venu où un autre de ses étrons tombera dans les listes sélectionnées. (Ceci dit je te spoiles un peu un retournement de situation qui risque de se produire : il y a quelques uns de ses films que je trouve correct mais jamais bien plus en fait) (et inutile de poster le traditionnel « ahah tu renonces j’ai donc raison » qui est sans doute la principale raison pour laquelle j’évite au maximum les batailles de pavés sur les interwebs)

          1. Ben du coup je vous tendais la perche: au lieu de discuter de Ferrara, parlez-moi de cinéastes et de films que vous aimez et que vous considérez comme enfonçant ce faquin sur ses propres thématiques.
            Là, vous disiez « oui c’est nul y a 100 fois mieux partout » mais sans exemples, désolé si j’ai du mal à saisir en quoi c’est une arnaque.
            Pour rebondir sur l’exemple bien choisi de Synder (que je n’aime pas non plus) : quand je discute avec un fan de Watchmen ou de 300, je lui dis d’aller lire les comics et qu’ensuite on pourra parler de trucs de qualité. De cette manière, la conversation serait plus enrichissante que juste rester en chiens de faïences autour de « Ferrara c’est bien ou pas? », non?

            Après, je sais que le temps est un facteur important et qu’il limite les échanges sur Internet (à fortiori avec des inconnus), mais je préfère le format discussion à la simple écoute du podcast, qui à ne pas en douter sera votre réponse type à ma question.

            Et encore vous avez de la chance : je ne me suis pas plaint de la scandaleuse 8eme place de Sorcerer alors qu’il bat tous les films qui sont placés au-dessus de lui pour l’instant, que ce soit d’une courte tête ou en les enfonçant complètement. Mais comme The Blade est parfaitement classé dans les années 90, je vous pardonne pour ce léger dérapage 😀 (oui, on peut être fan de Tsui Hark et de Ferrara, ils ont des points communs en plus ces deux lascars).
            Et au plaisir de voir un peu plus de cinéma japonais dans cette liste, La femme scorpion teasé sur Twitter augurant du très bon.

          2. Des cinéastes mieux que Ferrara : plus ou moins n’importe qui qui a fait des films avec des descentes aux enfers et ou des rapports à dieu ou à la création : Scrocese exemple simple, DePalma aussi (si on met dieu de côté) dont la démarche vis à vis du genre est 10 fois plus pertinente qu’un Ferrara qui passe son temps à le juger de haut sans pourtant avoir cherché à le comprendre (et s’il l’a fait, bah ça ne se ressent pas du tout), Cimino aussi, ou même Friedkin d’ailleurs qui farfouille la sexualité bizarre et les mecs qui perdent pied avec tellement plus de talent etc…

            Je ne trouve pas l’angle très intéressant car je pense pouvoir mettre à peu prêt n’importe qui devant lui (et puis je ne parlait pas stricto censo de ces thèmes précis, juste du fait d’insuffler des réflexions et éléments personnels -peu importe lesquelles- dans les films). Après il y a pleins de détails qui m’échappent aujourd’hui et je ne souhaite pas vraiment m’infliger ses films une nouvelle fois pour rafraîchir tout ça (j’ai essayé récemment sur un cycle Body Snatchers). Ceci dit c’est aussi le fond du problème : à la sortie d’un film de Ferrara il ne me reste généralement… rien, ni émotion, ni souvenir, juste du vide avec parfois un casting bien choisi (je dis parfois parce que bon faire du trash branchouille avec Madonna ou un Depardieu en roue libre merci mais non merci) mais dans des histoires et personnages qui ne laissent aucune trace. C’est surtout ça que je voulais dire, pas une comparaison terme à terme : juste que le type on VOIT qu’il veut faire des films avec une certaine teneur, la plupart du temps c’est très limpide dans ses intentions mais dans l’immense majorité des cas ça tombe complètement à plat. Ca ne marche pas : ça tartine, ça force, ça en fait des tonnes, ça s’étire…. bref ça fait chier. Son Bad Lieutenant est un calvaire, non pas morale ou émotionnel : non, juste un calvaire à regarder (et quelle gâchis de voir Keitel aussi bon au service d’un film aussi naze) car on s’y emmerde sec et qu’on se tape tout le film avec un enchaînement de scènes faciles et racoleuses qui au final ne racontent rien de plus que la précédente. C’est long, c’est pénible et surtout on en a vraiment plus rien à battre de qui fait quoi et de ce qu’il peut leur arriver. On ne voit plus que l’ossature d’un récit mais on ne voit plus le personnage, on ne capte plus aucune émotion ou implication. Il y a des centaines de réals dans le monde qui arrivent à faire des bons films avec des thématiques qui leurs sont propres et personnels, lui bah non… ou en tout cas bien trop rarement pour mériter une telle réputation : au mieux, et ce n’est pas souvent, il fait des films potables. (Ca choque parfois certains qui n’ont visiblement jamais rien vu d’autre mais je n’appelle pas ça faire du cinéma mémorable pour autant).

            Après Snyder l’angle de la BD ne me paraît pas bon non plus : les qualité d’adaptation n’ont finalement pas forcément une grande importance (d’ailleurs de ce point de vue strict je trouve que sur Watchmen ce n’est pas si mal, mais je ne vénère pas non plus cette BD comme d’autres le font car certains trucs me gonflent assez prodigieusement dedans) car un film est un projet artistique en soit, les mises en réseau ne doivent être que pour enrichir et non pour être incontournable dans le fonctionnement des oeuvres. Et puis bon, si ce n’était que ça son grand défaut on serait déjà content je pense…

            (putain t’es relou, je fais quand même des réponses longues…)

  13. Merci pour ces explications, je comprends mieux votre ressenti.

    C’est marrant, parce que j’ai découvert Ferrara après avoir exploré la carrière de Scorsese, De Palma, Friedkin et Cimino qui sont des cinéastes que j’affectionne tout particulièrement et je l’aime à peu près autant que ceux là (Sur la carrière entière, je trouve Cimino meilleur, De Palma aussi sans doute, à égalité avec Friedkin et au dessus de Scorsese ). Les meilleurs Ferrara, chez moi, sont aux cotés du meilleur de ces cinéastes.

    Et je ne pense pas qu’il juge de haut le genre, suffit de voir le combat final Kung fu vs boxe 100% premier degré du perfectible New York, 2 heures du matin.

    Après sur Bad Lieutenant, pour boucler la boucle, je citerais Scorsese  » C’est un film exceptionnel, extraordinaire, même s’il n’est pas au goût de tout le monde…  » Tout est dit, je pense.

    Je vais maintenant écouter l’épisode 17, à la prochaine et merci ;).

  14. Lucas, échaudé par l’expérience, a repris le contrôle total de Star Wars comme Nintendo l’a fait de ses univers à partir de 1995. Le Holiday Special est un peu le Super Mario Bros de George !

    (et vous inversez totalement le lien de cause à effet entre Lucas et Coppola : c’est Coppola qui s’est ruiné et détruit tout seul quand la froideur gestionnaire de Lucas a cessé de le retenir quand ils étaient à Zoetrope !)

    1. Non, pas du tout. Au départ c’est bien le succès critique de Coppola que jalousait Lucas, ils étaient amis et Coppola a fait le carton du Parrain : film d’auteur exigeant et Lucas voulait vivre ça et c’est pour financer ce rêve qu’il a lancé Star Wars, conçu pour lui rapporter de l’argent vite. Puis l’Histoire en a décidé autrement, les rapport des forces ont évolué mais Copolla c’était le grand frère dans la relation au départ.

      1. Je n’ai jamais compris la manière dont Lucas a géré l’après Star Wars. J’ai l’impression qu’une fois son rêve d’indépendance acquis, il n’en a quasiment rien fait. Il n’a même pas essayé de réalisé un film « d’auteur » un peu exigeant. Je sais qu’il n’est pas trop fan du boulot de réalisateur, mais même en tant que producteur, qu’a-t-il produit de mémorable à part Indiana Jones? Cette gestion de carrière reste un mystère pour moi…

        1. Bah comme beaucoup d’autres il s’est rendu compte qu’il aimait l’argent en fin de compte, peut-être qu’il était plus à l’aise avec la production, peut-être qu’il est aussi devenu lucide sur ses capacités de réalisateur arty.

          Tu oublies tout de même bien vite Howard The Duck !

        2. Il a souvent dit que la production, le Skywalker Ranch etc, il s’était laissé bouffer par ça.

          Et côté prod il s’est impliqué à divers degrés dans des trucs qui pourraient faire l’objet d’une liste de ma part : y’a Willow ou le Petit Dinosaure, mais y’a aussi Tucker (de Coppola ! Lucas et lui possèdent chacun une des 50 bagnoles) et Mishima de Paul Shrader.

          Ce qui est sûr c’est que pour Lucas « un sou est un sou » et il n’aimait pas les délires de Coppola pour qui rien n’était plus moral que de cramer le plus possible d’argent des grands studios (voire le sien propre).

Répondre à Crutch Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.