Episode 55: l’Apocalypse, tu y crois

Dans cet épisode: un donateur Patreon a mis décidé qu’on allait parler de très très gros films de 90’s que tout le monde demandait. C’est l’épisode « blockbusters » des années 1990. Comme disent les jeunes, « du lourd »
C’est aussi, grâce à vos dons, un des épisodes les plus longs, plus de deux heures, et ça le restera tant qu’on restera au dessus de ce cap. Encore plus long. Attention, des grèves sont prévues ce mois-ci, on sera là, à notre poste, pour vous divertir. (Toutefois, vous allez l’entendre, cela ne signifie pas forcément plus de listes)
Sinon on prend de nouveau les listes des années 90. De 1990 à 1999. Ces listes de TROIS films, vous nous les adressez par mail qui est supercinebattle (at) gmail (point) com. Un titre intéressant, une thématique audacieuse ou simplement un gag, on est contre rien du tout. Au micro, Daniel Andreyev (@kamuirobotics) et Stéphane Bouley (@GKPlugInBaby). On aime le cinéma et on confronte nos avis. 
Les recommandations (vers 2h05mn)

Stéphane : Le roman « La tache » de Philip Roth
Daniel : Le prochain film de Jaoui : « Place publique » un film compliqué.

Le classement de tous les films cités dans cet épisode est disponible ici. Attention, Spoilers !

Le livre Super Ciné Battle sort le 11 avril, vous pouvez le commander chez votre libraire favori et sur les sites classiques (comme la Fnac). Merci à ceux qui l’on déjà fait.

Enfin, on prépare un enregistrement LIVE. Ca se déroule à Paris le 28 avril dans l’après-midi. On vous tient au courant des modalités dans les prochaines émissions. C’est l’occasion aussi de vous voir pour une de nos rares dédicaces communes prévues pour le moment. Autre date prévue pour début juin. C’est comme une mini tournée sauf qu’on est pas des stars de rock.

Et puis enfin le Patreon du RPU, le Robotics Podcast Universe. Merci d’avance pour votre soutien.

Become a Patron!

24 réponses sur “Episode 55: l’Apocalypse, tu y crois”

  1. Oula non!
    J’ai pas fini d’écouter mais non! (et non je ne viens pas défendre mon doudou qu’est Jurassic Park)
    Mais Daniel il me semble que tu te trompes sur Rasta Rocket. Les Suisses (et non Allemands) ne sabotent pas le bob des Jamaïcain. C’est juste que comme c’est une équipe amateur, leur entraineur peut seulement trouver un vieux bob pour participer aux JO qui est prêter et que celui-ci ne tient pas toute la compétition. Il se brise seul petit à petit. Les Suisses ont le rôle des méchants car ils les prennent de hauts et leurs disent qu’ils n’ont rien à faire ici etc… Il y a même bagarre entre eux dans une soirée country.

    Et pour ce qui est de Jurassic Park, je comprend les arguments de Papa avec le recul. Pour ma part la magie de la première visualisation en salle fonctionne toujours et ne se brise pas avec le temps et j’en suis ravis!

    1. Ah merci pour cette petite correction, j’ai tiqué aussi quand Daniel parlait de sabotage, je ne me souvenais pas de ça et ça ne sonnait pas très JO dans l’esprit… enfin on a vu pire depuis .

      1. Selon wikipedia « A noter qu’une scène a été coupée depuis la sortie du film. Celle-ci montre un sabotage nocturne du bobsleigh de l’équipe jamaïcaine par le coureur Est-Allemand Josef Grool. Ce sabotage étant à l’origine de la défaillance technique du bobsleigh lors de la dernière course. »

        Ouf en tant que Suisse l’honneur est sauf, c’est les vilains allemands qui ont triché 🙂

  2. Je tiens à prévenir le Papa de cette timeline passée que son avis sur RPO va froisser quelques esprits chagrins. Mais surtout qu’il ne change rien !

    Attendez, on me signale qu’il parle mal de Jurassic Park… « Pourquoi vous continuez à inviter ce mec sérieux ? :/ »

    🙂 🙂 🙂

    Plus sérieusement, après vos propos élogieux, je suis surpris par le classement plutôt tiède de « Terminator 2 » et « Une journée en enfer », seulement 9ème et 16ème. Pendant que The Blade n’est toujours pas inquiété… putain l’entité supérieure qui l’a désigné top 1 devait sacrément être bourrée ce jour là !

    PS : je trouve que Sam Neill convient parfaitement au rôle du Pr. Grant. La comparaison avec Indiana Jones me paraît déplacée, l’archétype du héros beau gosse, infatigable et tombeur de ces dames ne collerait pas à JP ! De plus, gamin, je me suis énormément amusé avec ma figurine articulée du Pr. Grant, il mettait des roustes aux dinos mais aussi à mes Blanka, Ryu et autre Guile ! 😀

  3. Si vous êtes obligés de passer 25 mn par film parce que c’est du lourd, expliquez-moi comment vous avez fait pour faire la Liste de Schindler en 6 minutes, Pulp Fiction en 7 et Fargo en à peine 5 ?

    Réécoutez vos propres émissions ! L’épisode 8 durait 1h40 et vous aviez fait SIX (6) listes. A force de dilution et de délayage interminable, l’émission devient presque pénible à écouter. On ne veut pas vous entendre raconter chaque film en long, en large et en travers, on ne veut pas vous entendre commenter chaque scène de Terminator 2, on le connaît le film. On ne veut pas entendre la liste complète en VO et en VF de toutes les itérations de Air Bud.

    On ne veut pas vous entendre faire la critique ou le commentaire du film, on veut vous entendre vous bagarrer et vous déchirer sur son classement ! Autrement l’émission perd sa raison d’être et son intérêt.

    « Faut qu’on parle de cette scène, faut qu’on parle de cette scène ! » Non Daniel, il ne faut pas. Fais un podcast dédié à chaque film si tu y tiens, mais un Super Cine Battle sans Battle ce sera sans moi.

    1. Wow euh
      J’ai été un peu trop au vitriol.

      Désolé, quand un truc m’agace, j’ai tendance à surréagir.

      Je pense que ça a changé quand vous avez abordé la décennie 2000. A partir de ce moment-là, vous aviez désormais plus envie de parler des films, dont vous aviez des souvenirs bien plus frais et une relation beaucoup plus actuelle, que de les classer.

      1. Bah après, aussi, on en a plein qui demandent qu’on passe plus de temps sur chaque film. Du coup on peut pas satisfaire tout le monde alors on fait ce qu’on fait le mieux : on fait comme on veut et comme ça vient.

  4. Bonjour,
    Quant Stéphane dit que Kubrick était quelqu’un d’odieux, permettez moi d’émettre une petite réserve. C’était certainement quelqu’un de réservé, reclus, timide et exigeant, mais de dire qu’il était odieux cela fait plus partie de la légende je crois. On dit souvent ça à cause de la manière dont il a traité Shelley Duvall sur Shining, ou effectivement il était très désagréable, mais Nicholson disait qu’avec lui il était adorable. Malcolm McDowell avait aussi adoré travailler avec lui et le couple Cruise/Kidman était très ému à sa mort après avoir pourtant travaillé sur un tournage pénible de plus de 2 ans. Après je n’a pas lui de biographie et c’est peut-être documenté quelque part..
    Autre précision, James Cameron était marié à Kateryn Bigelow durant le tournage de Terminator 2, il n’a épousé Linda Hamilton qu’en 1997. Et vous êtes dur, il est maintenant marié depuis 18 ans :-). Je crois qu’il a dit aussi que ça ne servait à rien de gueuler sur les plateau et qu’il s’est calmé de ce côté là.

    1. Bah après il peut être odieux et tu peux quand même trouver ton compte professionnellement avec lui, tu peux décider qu’au bout du compte c’est ça qui est important. D’ailleurs bon Nicholson n’a ni le même poids à Hollywood ni le même sexe que Shelley Duvall car, étrangement, les récits de comportements de connards implique souvent un rapport aux femmes par un homme de pouvoir (on en apprend par exemple dans l’expo sur Clouzot qui n’hésitait pas à mettre des baffes à certaines de ses actrices, les révélations récentes d’Uma Thurman sur Tarantino alors que lors de la promo on te faisait croire à une lune de miel) Puis bon Tom Cruise a aussi un passif étrange niveau relationnel avec autrui. Plus on avance et plus, au contraire, on se rend compte que la légende c’est que ces mecs sont des mecs sympa parce qu’au bout du compte aussi : ça arrangeait tout le monde de ne pas se griller auprès de gens influents.

      Et quand bien même ça serait spécifique à Shelley Duvall c’est déjà pas mal comme comportement contestable. C’est d’ailleurs ce que je dis : on a tendance à être super indulgent à cause de leur statut d’artiste, de personne influente et des films qu’ils nous ont apporté mais si on apprenait que notre boulanger faisait des trucs comme ça avec ses employés on serait révolté. Il serait temps justement d’en parler et de condamner ce qui est à condamner. Et des exemples comme ça et de relativisme qui va avec « oui bon pas grave car c’est Machin Truc » y en a des tonnes.

      Moi je me rappelle surtout de ce documentaire sur Kubrick où sa femme expliquait que lorsqu’il partait en tournage il laissait trois pages d’indications sur comment s’occuper de ses chats mais que ça lui arrivait souvent de ne pas au revoir à sa famille.

      1. Kubrick était odieux avec Shelley Duvall car il voulait que son angoisse et son stress se voient à l’écran, mais il était sympa avec Nicholson car il voulait au contraire que son personnage soit décontracté au début du film.
        Il avait fait pareil avec Malcolm McDowell avec des parties de Ping-Pong entre les prises et je pense que la nonchalance et la confiance du personnage d’Alex découlent de ça…
        Certains réalisateurs n’ont pas besoin de ça pour obtenir ce qu’ils veulent d’un acteur ou d’une actrice, ce sont de formidables directeurs d’acteurs.
        Mis à part Peter sellers, j’ai l’impression que Kubrick n’était pas un grand fan des acteurs, mais lui il le respectait beaucoup car il était capable d’enchainer les prises et d’améliorer son jeu par des p’tits détails ajoutés.
        Sellers avait besoin de beaucoup de prises pour donner le meilleur de lui-même et offrir plusieurs nuances à ses scènes, le Maître adorait ça donc et c’est pourquoi il se serait très bien entendu avec Louis De Funès aussi^^
        On peut toujours critiquer sa manière de diriger, mais ses films auraient été différents et là ce sont pratiquement des chefs d’oeuvre.
        Combien de rôles aussi marquants Shelley Duvall a-t-elle eu dans sa carrière?
        Aujourd’hui elle sait ce qu’elle lui doit et elle ne lui en veut plus, elle lui reste reconnaissante pour ce rôle car il a marqué sa carrière d’actrice comme jamais.

        1. Bah je ne dis pas autre chose je crois bien. Il n’empêche qu’on doit aussi pouvoir dire que ça reste une attitude de connard. Je ne crois pas que j’ai contesté quoi que ce soit sur la qualité de ses films. On en revient toujours à « oui bon Shelley Duvall c’est pas une très bonne actrice il fallait bien ça pour faire sortir le meilleur d’elle-même et elle va pas pleurer car c’est le meilleur film de sa filmo » peut-être, peut-être pas, peut-être aussi que ça l’a bloqué pendant des années. Au final on ne sait pas et l’idée n’est pas de réécrire l’histoire juste d’arrêter de trouver TOUTES les excuses du monde à des gens dont on admire le travail et de pouvoir dire simplement qu’ils ont été des connards quand ils l’ont été. Mais c’est encore très compliqué de simplement faire ça, faire la part des choses.

          Après j’aurai pu parler de Kinski ou de Polanski qui est un cas bien pire où on te dit « oui mais maintenant la victime ne veut plus faire de procès donc c’est bon on va pas embêter ce maître du Cinéma avec des broutilles » oui après des décennies de procédure, de pressions de toutes parts, etc… J’adore les films de Polanski et je ne vais jamais renié ça, je ne brûlerai pas mes DVD mais juste à un moment ça serait cool qu’il paye pour ce qu’il a fait simplement parce qu’il mérite de payer selon une certain sens de la morale mais aussi selon la loi. Là aussi on pourra toujours dire « sa filmo aurait été différente s’il n’avait pas été en exil » oui, c’est certain tant cette thématique occupe plein de ses films mais en disant ça on a vraiment l’impression de lire « alors ça valait le coup de violer une mineur » et si certains sont ok avec ça, moi pas et je trouve ça super sain qu’on puisse vraiment en parler.

          1. « Bah je ne dis pas autre chose je crois bien »
            Oui et j’ai eu cette impression aussi.
            Je voulais juste apporter ces p’tits éclaircissements sur Kubrick, mais le truc c’est que je crois qu’il est l’un des rares réalisateurs dont on ne sait vraiment pas grand chose en fait.
            Je trouve qu’il est très compliqué de savoir qui il était vraiment, un pur connard ou finalement un mec bien qui a eu des comportements cons (comme beaucoup de gens) dans des situations de stress et de fatigue.
            Et imagine le stress que c’est d’être ‘The Man in Charge » sur un film :).
            Sur le making of de ‘Shining’, on voit bien qu’il est chiant avec Shelley Duvall, ils ont pas tout montré, surtout que c’est sa fille qui réalise mais on a déjà vu bien pire comme boss con^^
            Mais mis à part son génie bien-sûr, j’ai toujours aimé le fait qu’il semblait être paisible avec sa vie de famille, casanier dans son manoir à mater des films du monde entier et à se cultiver comme personne.
            Un mec qui s’est autant intéressé à ce qu’il était: Un Homme et à ses questionnements ne doit sûrement pas être le pire des connards, tu vois ce que je veux dire? 😉
            Un p’tit bonhomme considéré comme un Dieu qui menait les studios par le bout du nez en plus, respect ;).
            Pour Polanski, je suis à 100% d’accord et je suis aussi un putain de fans de la plupart de ses films.
            Mais là on parle de viol ou de pédophilie, on est dans tout autre chose…
            Surtout qu’en plus il fait son calimero le FDP dans les interviews.
            Il mériterait de payer c’est clair, mais ce qui me console c’est qu’il est marqué à vie par cette affaire, cette image lui collera toujours à la peau et ça il pourra rien y faire, malgré son argent, ses potes, etc…
            Et je tiens à finir sur ce que tu as dit dans l’émission:
            « L’Impasse est dans mon top 3 avec Die Hard », mec, rien que pour cette phrase, tu as mon respect à vie 😉 et si tu t’énerves en levant le ton un peu de trop sur un de tes élèves, je te pardonnerai quand même^^.
            Mes amitiés à Daniel, vos émissions assurent les mecs!!!!

  5. Petite critique. En écoutant votre podcast, je me suis dit que c’était une mauvaise idée de mettre trop de doudou générationnel à classer d’un coup. Le combo T2 + Jurrasic Park ça ressemble trop à un finish move (y sont pas premiers mais leur trace marquera plus durablement l’inconscient collectif que les films que vous avez classé au dessus).

    Résultat, j’ai pas pu m’empêcher à penser à votre dernière émission (je les aurais gardé pour la dernière). L’idéal étant un ultime classement des cinq premiers films de chaque décennies afin qu’enfin la vérité éclate et que LE FILM ULTIME soit dévoilé (mais ça sera pas T2 donc remboursé).

    1. AH mais marquer ou non ce n’est pas vraiment ce qui est intéressant, sinon on lirait un tableau croisé du box office et des ventes de produits dérivés et on s’en tiendrait là. Après oui d’une manière générale mettre trop de gros films d’un coup c’est pas forcément idéal mais c’est tout de même assez rare, justement pour cette raison.

    2. Moi je pense l’inverse.
      Je trouve plus intéressant quand il y a plusieurs gros films par émission, ou au moins un (haut dans le classement j’entends, pas forcément des blockbuster). Souvent ça enchaine les listes avec des films complètement quelconques et mineurs qu’on a pas forcément envie de visionner si on ne les connait pas.
      C’est d’ailleurs pour ça que j’étais sûrement plus assidu sur les années 2000 car on a enchainé les très bons films plutôt rapidement.

  6. Hello,
    Faisant partie de la team « runner », j’écoute les podcasts souvent le dimanche et celui d’aujourd’hui est vraiment celui que j’ai pris le plus de plaisir à écouter et je ne suis pas d’accord avec le précédent commentaire: peu importe le temps passé sur chaque film, j’aurais personnellement bien aimé vous entendre parlé de T2 15 minutes de plus :-).

    C’est la 2eme fois qu’un film top 5 est cité dans l’émission (après Il était une fois en Amerique) et cette fois-ci rien à dire vous avez vraiment très bien parlé du film .
    Mais comme pour Il était une fois je suis un peu déçu de son classement final, je sui étonné qu’il ne soit pas au moins top 5.

    Sinon vous avez très bien décris tout ce que j’aime dans film mais personnellement ce qui m’a le plus marqué dans ce film ce sont les 5-10 minutes entre le moment où le T1000 trouve john et où le camion explose.
    j’ai du voir ce passage à peu près 4000 fois et je pense que c’est toujours ma séquence de cinéma d’action préféré ever.

  7. Papa, tu expliquais pourquoi ta fille est fan de Connor. Mais qu’en est-il de Ripley, du coup ? (Je ne sais pas quel âge elle a, peut-être qu’elle est trop jeune pour les Aliens..)

    1. Elle a 10 ans, Alien viendra mais pas encore, c’est je pense un poil trop anxiogène mais je la familiarise doucement au cinéma d’horreur.

  8. Et pour la familiariser au film d’horreur, tu lui montres quoi ? Du Michael Bay ?

    Mon fils a 9 ans et je le familiarise aussi au cinéma de genre. Dernier en date : le film de casse avec Océan 11. Prochaine étape : thriller SF avec Terminator.

    1. Christine de Carpenter pour l’horreur. C’est pas gore mais t’as des trucs chelou et du meurtre. Prochaine étape je pense que ça sera The Fog car là y a des vrais moments de flippe

      Ocean 11 elle l’a aussi vu

      Terminator elle adore, Matrix aussi je crois qu’elle a été soufflée par le concept.

  9. Ce qui est beau dans SCB c’est que la hate cotoie le love. Oui j’ai eu de la haine pour votre classement de Quasimodo Del Paris, mais je suis heureux de voir Papa mettre quelques coups a la gorge dans le monolithe Jurassic Park.

    J’ai jamais eu d’affect pour ce film, pourtant j’étais dans la cible, mais voila ça n’a pas joué avec moi, je l’ai toujours trouvé surcôté (c’est un bon film, mais pas digne a mes yeux de tout ce tapage…) et du coup je comprend ce que peut être pour vous Quasimodo Del Paris (que j’avais moi même pas aimé en salle et redécouvert ensuite) , et c’est pour ça que votre hate est bonne : parce que c’est une hate « honnête » qui ne cherche pas à être seulement objective. La gravure dans le marbre n’est alors pas une science, mais un sacerdoce, un artisanat où se mêle un savoir technique affûté avec les ans et une part de mystique qui l’élève au dessus des mortels…

    …Et puis c’est drôle la hate 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *