Super Ciné Battle 104 : le Camping de Pixar

Episode 104 de Super Ciné Battle, le podcast où nous établissons le classement ultime du cinéma. Nous prenons vos listes que vous nous adressez pour les classer, du meilleur au pire afin d’obtenir LA liste ultime.

On continue de graver dans le marbre les films des années 2010, une toute nouvelle décennie pour débattre. Les néo-classiques comme les films les plus anecdotiques. Merci encore de votre fidélité. On y prend vraiment plaisir, on espère que vous aussi.
On attend vos listes de TROIS films des années 2010, adressées par mail, toujours à supercinebattle (at) gmail (point) com. Un titre audacieux, une thématique marrante ou simplement un gag, tout peut nous intéresser. Attention, on va plutôt mettre en avant les films de la première moitié de la décennie On aime le cinéma et on confronte nos avis.Les recommandations (vers 1h56 mn et quelques)

Stéphane : Invisible Man
Daniel : 1917 « pour la photo »

Les classements de tous les films cités dans cet épisode sont disponibles sur notre site. Attention, Spoilers !

Et pour participer au RPU (et bénéficier de super avantages tel que l’épisode en avance et des bonus

Become a Patron!

5 réponses sur “Super Ciné Battle 104 : le Camping de Pixar”

    1. Du multiverse dans Cloud Atlas???

      Je vois pas où il y en a, il y juste différentes époques qui se suivent (même si racontées de façon non linéaire).

  1. Putain quand Papa parlait de Drive , j’avais l’impression que c’était moi qui parlais tellement j’ai eu les même sensations.
    Sa fait bizarre.

  2. Hello !
    J’ai vu Happiness Therapy récemment, et comme Papa, j’ai pas trouvé ça si bien, ça se regarde pour Lawrence et De Niro surtout ; pourtant j’aime bien B.Cooper, mais dans ce film j’y ai pas cru. Vous dites cependant qu’il n’est pas crédible en dépressif, mais pour ce que j’en ai retenu, il n’est pas décrit comme dépressif mais comme bipolaire. Donc le fait qu’il s’entretienne malgré tout d’après moi, c’est pas trop incohérent (et il prend apparemment pas beaucoup ses médocs).
    Ceci dit, j’aurais trouvé son personnage plus crédible et touchant s’il avait été joué par un acteur au physique moins solide. Parce que là, c’est pas juste un mec qui court, il a la carrure d’un mec qui va à la salle régulièrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.