Episode 32 : le Dark Souls de la comédie française

Episode 32 de Super Ciné Battle, le podcast où nous établissons le classement ultime du cinéma. Nous prenons vos listes que vous nous adressez pour les classer, du meilleur au pire afin d’obtenir LA liste ultime.

Cette fois, on passe d’authentiques classiques des 2000’s dont un animé à de sombres merdes, des suites VOD dont personne ne voulait et quelques films « musicaux ».On continue donc de couvrir les années 2000 à 2009. Vous pouvez envoyer vos listes pour cette nouvelle phase de Super Ciné Battle. Pour participer, il faut nous adresser une liste de TROIS films (de 2000 à 2009, donc) par mail qui est supercinebattle (at) gmail (point) com. Un titre intéressant, une thématique audacieuse ou simplement un gag, on est contre rien du tout. Toutes les listes 70’s, 80’s et 90’s sont amoureusement conservées pour le jour prochain où on y retourne. On a une grosse quantité de listes, mais hé, tentez votre chance, il suffit parfois d’un titre qui nous tape dans l’oeil.

Au micro, Daniel Andreyev (@kamuirobotics) et Stéphane Bouley (@GKPlugInBaby). On aime le cinéma et on confronte nos avis.

Les recommandations (vers 1h40mn)
Stéphane : Le film Get out (oui, à son tour)
Daniel : le podcast de Bret Easton Ellis avec Walter Hill comme invité et le film « On l’appelle Jeeg Robot ».

Le classement de tous les films cités dans cet épisode est disponible ici. Attention, Spoilers !

Bonne écoute !

20 réponses sur “Episode 32 : le Dark Souls de la comédie française”

  1. John Torturro je l’adore tellement ce mec !!
    dans la série Monk il fait quelques apparitions en tant que Frère de celui-ci, il est vraiment Excellent <3

    1. Salut, je suis en train d’écouter l’épisode 32 je vous entends parler des 11 Commandements; je vous conseille de revisionner la version commentée par Youn, Dessagnat et les réals, ça vaut son pesant de cacahuètes.
      Peace

  2. Saperlipopette je pensais vraiment voir O’Brother plus haut que ça je suis très surpris pour le coup. Je crois que ce fut mon premier frère Cohen, c’est sans doute pour ça que j’ai une afection particulière pour ce film, en plus de cette BO excellente. Ça sera ma ligne verte à moi, car le voir en dessous de Tropic Thunder ou Up que vous n’avez pas vraimment apprécié et qui n’est pas un formidable Pixar. Enfin c’est comme ça, c’est gravé dans le marbre!
    Au moins il n’est pas en dessous d’Avatar, vous n’avez pas complètement perdu la raison!

    1. Ce sera un scandale bien pire que la ligne verte, je pense qu’on en entendra parler longtemps et j’ai moi même envie de briser du marbre.

  3. Ohlala, vous devez voir les bonus DVD des 11 Commandements.

    Que de l’humour glacé et sophistiqué. Genre ils se tripotent tous et font le concours de celui qui jutera en premier, où font un « concours de laxatif ». C’est printanier, vraiment.

  4. Merci d’avoir choisi ma liste ! Déçu aussi de voir O’brother si bas. Après c’est un très bon divertissement (BO, personnages etc…) mais peut-être pas un excellent film. Mais y’a des films au dessus de lui ça me fait mal de voir ça haha.
    Sinon ça m’étonne que Papa n’ait pas été marqué plus que ça par Good Morning England. Encore un bon divertissement vu le thème mais pas un film de ouf 🙂

  5. Hello, merci pour ce numéro !
    Je rejoins la cohorte des gens qui ne comprendrons pas la critique de l’absence de noirs dans O’Brother.
    Si je ne m’abuse, il y a certes les prisonniers au début, mais il y aussi le musicien qui prétend avoir vendu son âme au diable, ainsi que le chœur dans la dernière séquence (avant l’inondation).
    Je pense que c’est un mauvais procès, il ne faut pas oublier que dans le Mississippi jusque dans les années 60, il existe une véritable ségrégation et que les population ne se mélangent pas surtout dans les campagnes profondes présentées par le film. C’est sans doute moins le cas dans les zones urbaines, mais les héros du film ne s’y aventurent pas, on reste dans les campagnes redneck et les petites villes. Ceci explique peut-être cela !

    1. Oui le musicien c’est Robert Johnson.
      Et vision fantasmée je ne partage pas non plus l’avis de Kamui. Après tout on y retrouver le KKK, je ne pense pas que ça soit un fantasme des frères Cohen haha. Et oui grosse ségrégation à ctte époque, qu’on retrouve justement avec ce musicien et toutes les remarques des blancs dès qu’ils le voient.
      Le pire, c’est que quand j’ai proposé O’Brother je me suis dit « c’est bon y’a plein de noirs dans les prisonniers, ça ira pour Kamui ». Apparemment il en voulait encore plus 😀

  6. Puisque vous avez ouvert une brèche, à quand un Super Alien Battle ? Il y a de quoi faire avec six films désormais et puis comme tonton Ridley m’a bien saouler aussi avec les deux derniers, je ne serais pas mécontent d’entendre vos griefs ! 🙂

  7. Des points de vue toujours intéressant et argumentés qui donne à réfléchir à son propre point de vue. Et vous êtes honnêtes avec vos ressentis, ce qui est toujours respectable.

    J’ai bien aimé quand Kamui a dit « j’aime pas dire du mal des confrères journalistes mais…. » et là il met un petit tacle en racontant une anecdote. Anecdote qui pouvait se raconter sans le dit tacle. ^^

    Et je suis content que vous continué dans les années 2000.

    Peut être que ma liste sortira. J’avais choisi la thématique pour Papa, qui adore la violence et le milieu scolaire.

      1. Après, ma liste est plus dans le « gauche-droite-uppercut-middle kick » que dans le discours sociologique.

        Donc, elle a pas mal de chance de passer à la trappe ^^

        Mais je me suis bien marré en la faisant, en trouvant le titre et en repensant aux films en question ^^

  8. J’ai pas fini d’écouter l’épisode, mais je voulais dire un petit mot sur Scary Movie.

    Je n’ai pas vu le 5, mais le 3 et le 4 sont… largement meilleurs que les deux premiers. Les deux premiers c’est de l’humour Wayans, ça passe quand t’es stoner ou que t’as 12 ans d’âge mental ou que t’es fan de Seth Rogen (le troisième point impliquant généralement les deux premiers) mais c’est impossible à regarder sinon.

    Les films suivants sont écrits / produits / réalisés par David Zucker / Pat Proft (des noms qui *doivent* vous dire quelque chose) et sont largement plus drôles. Ils souffrent par contre effectivement d’un problème d’inscription dans une certaine époque, avec des références que plus personne ne relèvera six mois plus tard.

    Mais merde, ils valent le coup rien que pour Charlie Sheen !

    1. Comme tu es environ 15 fois plus fiable (même s’il y a de grosses exceptions) que Daniel concernant les comédies je vais peut-être leur donner le chance du coup.

        1. Voilà, c’est pas les meilleurs films de Zucker / Proft, ça vieillit très mal et c’est clairement pas du niveau d’un Hot Shots! 2 mais c’est mieux que les premiers Scary Movie (ce qui en soit n’est pas un exploit non plus).

  9. Ho merde, j’arrive après la guerre, mais je marque mon total désaccord sur … « les Bronzés 3 », ce film est juste une tuerie incomprise et boudée pour je ne sais quelle raison.

    Je ne sais pas ce que vous pensiez y trouver, mais tout y est pourtant.

    On retrouve la bande avec une exagération de leur défaut connus

    Lhermitte qui gère l’hotel de sa femme en piquant dans la caisse (à coup de homard et de champagne) tout en se faisant sa maîtresse.

    Jugnot et Balasko qui se prennent pour les maîtres des lieux alors qu’ils y ont investi 500 boules 25 ans plus tôt.

    Clavier, après une opération chirurgicale ratée, qui se retrouve professeur d’auto-école, dans la dèche la plus complète.

    Chazel et sa poitrine abominable et Blanc qui est passé de looser à entrepreneur à succès qui sont en couple.

    Lavanant, victime de clavier, qui est dans une secte et qui vient dans l’hotel pour se venger de Clavier .

    On a deux gags à la minute, ça fuse de partout, le rythme est très bon, y’a des punchline un peu partout, y’a bien une faiblesse ci et là, mais le film reste léger, plaisant, agréable, comme l’était les deux premiers, et j’ai totalement halluciné de vous entendre le placer en dessous… D’Astérix au jeux Olympique.

    Alors, j’avoue, je resté moi aussi un peu stoïque quand je suis sorti de la salle de ciné, mais je me suis quand même acheté le double DVD à sa sortie, et je pense sincèrement que comme les deux premiers, « les Bronzés 3 » est un de ces films qui se découvre en plusieurs vjsion, et le peu de souvenirs que vous énumérez me laisse penser que vous ne l’avez pas abordé avec le bon « spirit » #JCVD

    La promesse du film était: « les mêmes… en pire », et le contrat est rempli.

    Ma pêche est posée, tel un animateur d’After Hate, je vous envoie ma haine … mais ma tendresse aussi 😉

    Peace !

  10. Concernant les Bronzés 3, je n’ai pas tenu devant le film, mais je crois que c’est principalement parce que l’écriture que la troupe du Splendid avait amené à la fin des années 70 a tout simplement été digérée depuis longtemps, et apparait dépassée. Le Splendid a trouvé sa raison d’être à la fin des années 70, période encore bercée par une certaine insouciance dans notre pays, et a pointé l’égoïsme et la méchanceté ordinaire de l’individu urbanisé post soixante-huitard. Forcément, dans les années 2000 leurs personnages ont perdu leur morgue et leur férocité, même si on ne peut leur en vouloir d’avoir essayé après s’être faits tannés pendant des décennies par le public et les médias. 35 millions de budget…les acteurs ont engrangé sévère !!

    Pour O’Brother, je rejoins les remarques postées concernant le personnage de Robert Johnson, pourtant assez central dans le récit. En revanche il est vrai qu’en arrière plan on voit peu de noirs. La principale faiblesse du film, que j’adore, réside selon moi dans sa succession de scénettes qui chapitrent trop l’histoire et la prive d’une certaine matière d’ensemble. Mais même un Cohen plutôt léger demeure un film incontournable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *